samedi 16 décembre 2017

Le savoir-revivre




   Quelques échos d'avant la résurrection. Mitonnés sur mes circuits électroniques. L’âme en miettes et la chair désœuvrée. En attendant Métropolis. C'est ici :






samedi 9 décembre 2017

De passage




   2017 sera bientôt du passé. J’espère donc arriver au terme de mon défi insensé. 2017 sera bientôt oublié. Je travaillerai alors á mon prochain défi. Adieu les petites histoires chaque semaine pour entretenir les zygomatiques des âmes errantes. C'était devenu bien ardu... Pour les curieux, avec une semaine de retard, voici l'histoire des passeurs. Clic et lis...


 Le passager Salvador pâlit...





 

vendredi 17 novembre 2017

Dormir plutot que vivre




   Je te salue, Charles, toi qui nous guida vers des limbes plus vivantes que nos vies. Dormir plutôt que vivre, et tout était dit. Alors j'y suis allé de ma flânerie hebdomadaire. C'est après les deux points : Clic Clac Do Do ... Amen !





mercredi 11 octobre 2017

BeBop Be Back !




   Que nenni que le BeBop n'est point occis par l'oversédimentation des pops musics et autres artefacts de producteurs gloutoneux. Il vit, le BeBop, il brille,  le BeBop, il sublime, le BeBop, avec cette formation au sommet que je vous ai Personnellement présentée depuis quelques temps naguère, n'est-ce pas ?









samedi 7 octobre 2017

Sans personne et sans forme




   En attendant que nos amours prennent forme, l'artiste affute sa performance. Et du vide originel jaillit la personne exacerbée. La vie absente transforme plus que la vie. Allez donc visiter l'atelier de Juliana, c'est par ici : CLIC sur l'atelier




 

vendredi 29 septembre 2017

Ni personne, ni téléphone




   Je veux partager ma stupeur devant ces tableaux nus et personnels. J'ai connu, moi, des sorciers qui ne déchiffraient pas ces photogrammes. Ils ne percevaient que l'arrachage de l’âme et ne décelaient pas l'écran dérobé... J'aime beaucoup cet instantané :




   J'adore aussi celui-ci :




   Alors, resterez-vous insensibles à l'art de Eric Pickersgill ? Non, bien sur, et vous allez vous précipiter sur son site personnel pour cueillir au calice la substantifique pellicule : REMOVED !








dimanche 10 septembre 2017

Cruelles eaux de septembre




   Le printemps se prépare déjà, tel que l'avait révélé T.S.Eliot, aussi terrible et cruel que charmant. L'occasion pour moi de remonter les eaux de mars et de présenter ici-bas ma version française préférée, de loin, de très loin ma préférée, avec la délicieuse Stacey Kent :